SCI : avantages et inconvénients

Si les investisseurs se lancent dans la création d’une CSI, c’est qu’il y a bien des avantages. Même si ces avantages sont bien convaincants, il faut considérer les inconvénients que peut engendrer cette forme juridique de société civile immobilière. En pesant les avantages et les inconvénients, vous vous déciderez s’il est préférable pour vous de créer votre SCI ou de poursuivre votre activité en tant que particulier.

Les avantages

La liberté d’organisation attire particulièrement les associés, car ils sont libres de définir dans les statuts les organisations qui leur conviennent. Si vous n’avez pas assez d’apports pour investir dans l’immobilier, vous pouvez trouver d’autres associés et créer une SCI pour une augmentation de la capacité d’achat. Cet avantage n’est pas des moindres, car il pourra même ouvrir les portes des établissements bancaires pour un prêt. Comme vous avez des associés, vous pouvez vous partager les bénéfices, mais également les coûts. Si les investisseurs se penchent pour cette forme juridique, c’est aussi pour la fiscalité avantageuse qu’elle offre. En effet, les associés peuvent choisir le régime d’imposition des bénéfices qui leur convient le mieux. Une SCI peut choisir entre l’impôt sur le revenu ou l’impôt sur les sociétés.

Les inconvénients

Comme pour tout autre statut juridique, la SCI compte également quelques inconvénients. Si vous êtes seul, vous ne pourrez pas créer une SCI : il faut au moins 2 associés, particuliers ou sociétés, pour monter une société civile immobilière. Les formalités de création d’une SCI ne sont pas si faciles comparés aux autres formes juridiques. Avant de commencer légalement votre activité, vous allez être submergé par les paperasses de création. Le plus simple est de se faire épauler et se faire accompagner par des professionnels.

A considérer avant de se lancer

Dans le cadre d’une SCI, on parle de responsabilité illimitée, ce qui n’est pas le cas des autres formes sociétaires. Par exemple, si la société n’arrive pas à rembourser un prêt, ce sera les associés qui devront le rembourser en fonction de la part qu’ils détiennent dans la société. L’appellation « société civile immobilière » semble très vaste, mais cette structure ne peut toucher à toutes les activités immobilières : il y a une limitation du champ de l’activité. Son activité doit se limiter à la gestion des biens achetés. La législation interdit à une société civile immobilière de faire de l’achat-revente de biens immobiliers, ce qui est l’activité principale du marchand de biens immobiliers.

Société civile immobilière : définition et présentation
Comment fonctionne la forme juridique SCI ?