Comment choisir la forme juridique adéquate pour mon projet ?

Lorsque vous décidez de créer une société, vous devez choisir une structure juridique. Il n’y a pas de bon ou de mauvais choix qui convient à tout le monde. Votre travail consiste à comprendre le fonctionnement de chaque structure juridique, puis à favoriser celle qui répond le mieux à vos besoins. Vous pouvez être accompagnés par une plateforme d’experts en ligne, comme ceux du site statutentreprise.com, car c’est l’une des décisions les plus importantes que vous devrez prendre. Cette décision aura un impact sur la façon dont votre entreprise fonctionne jusqu’aux opportunités de croissance. Pour que le choix soit bénéfique, il est important de faire une étude de marché.

L’entreprise individuelle

Ce choix se traduit par des formalités et une gestion moins complexes. Elle est surtout recommandée aux professionnels de l’artisanat, ceux qui évoluent dans le commerce et industrie ainsi que les professionnels libéraux. C’est leur responsabilité personnelle qui est engagée tout au long de l’exercice. Ceux qui se tournent vers cette option lors de la création d’entreprise ont le droit et la possibilité de choisir également entre divers régimes sociaux et fiscaux.

SARL et EURL

Pour les personnes voulant mettre sur pied une SARL, il faut aux moins 2 associés. La responsabilité de chacun est déterminée en fonction du montant de leurs apports respectifs. Par contre, les gérants sont tenus responsables des fautes de gestion aussi bien au niveau pénal que civil. Une SARL doit en générale se soumettre à l’impôt sur les sociétés (IS) mais il arrive qu’elle opte pour l’impôt sur le revenu (IR) lorsqu’elle a respecté certaines conditions.

L’EURL ou entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée a les mêmes modalités qu’une SARL. La seule particularité réside dans le fait que l’EURL ne dispose qu’un un seul associé. Le degré de sa responsabilité est engagé en fonction de ses apports. Il faut noter que celui-ci peut ou non s’occuper de la gestion de l’EURL tout en bénéficiant des quelques pouvoirs spécifiques qui sont inscrits dans les statuts.

SAS et SASU

La SAS est forme juridique la plus prisée lors de la création de société au cours de ces dernières années. Cet engouement s’explique par le fait que cette option permet une gestion plus flexible bien que la désignation d’un directeur soit obligatoire. La SASU est une SAS mais avec un unique associé.
SCI et SA : la SCI est destinée à ceux qui veulent exercer dans le domaine de l’immobilier comme gérer un patrimoine familial ou une construction. Pour constituer une SA, il faut 2 associés au moins et que celle-ci a un capital social au-dessus de 37 000 euros. Ce sont surtout les PME qui favorisent ce type de statut juridique.
Qu’importe le type de statut favorisé, il est toujours important de dresser un business plan au préalable pour garantir le succès de la société.

L’importance de la domiciliation du siège social de son entreprise
Peut-on créer son entreprise sans se déplacer, sur internet ?