Société civile immobilière : définition et présentation

Une Société Civile Immobilière ou SCI est un groupe d’individus qui s’associent dans le but d’acquérir un bien immobilier pour récolter des bénéfices. Depuis toujours l’immobilier est un investissement très prisé grâce à la sécurité qu’il apporte. Pour les professionnels en la matière, la création d’une sci est la meilleure manière pour investir dans le secteur notamment pour les personnes ne disposant de ressources nécessaires. Mais avant de monter une sci, il est judicieux de connaitre ces différentes facettes.

La SCI, c’est quoi ?

La SCI est régit par un contrat de société. Par conséquent, il faut qu’il y ait 2 personnes pour créer une sci. A l’instar de toute entreprise, celle-ci est dans l’obligation de rédiger des statuts qui mentionneront la part de chaque participant à l’acte, la dénomination sociale, le capital, la durée d’exercice et les systèmes de fonctionnement. Pour la publication des statuts SCI, il faut payer environ 1500 euros. Prêt à vous lancer, il suffit de contacter des professionnels sur www.statutentreprise.com pour rédiger les statuts permettant d’officialiser la naissance de votre projet.

Pourquoi opter pour la SCI ?

Tous les associés dans une SCI ont pour objectif de faire des bénéfices sur les loyers d’un bien immobilier acquis. Il est impossible de mettre en place une SCI dans le but uniquement de disposer de biens immobiliers. Il est interdit par la loi qu’une SCI se procure un immeuble ou appartement qui va être mis en vente par la suite. Par contre la législation ne prohibe pas l’achat d’un terrain qui servira pour une construction et qui sera par la suite revendue.
La composition d’une SCI
Toute société civile immobilière est composée d’associées et est obligatoirement managé par un gérant. Les dits associés ont le pouvoir de nommer et de destituer le gérant. Ils assistent aux assemblées générales et gagnent des parts sociales en fonction leurs apports. Ils ont également le droit de recevoir des rémunérations lorsque la société récolte des profits. Par contre, face à une dette, le partage du montant à payer sera calculé en fonction de la part que chaque associé a au niveau de l’entreprise.

Les avantages d’une SCI

La transmission de patrimoine est permise dans un SCI. Autrement dit, un parent peut tous les 6 ans octroyer à ses descendants 156.974€ qui sont exemptés d’impôts. Pour une SCI régi par l’impôt sur le revenu (IR), une réduction de 37% sur une période de 9 ans est possible. Cela grâce au recours à la loi Scellier. Cette disposition concerne uniquement les immobiliers neufs.
De l’avis des experts, la SCI est une alternative très efficace et favorable mais elle ne devra pas être une issue pour éviter les impôts.

SCI : avantages et inconvénients
Comment fonctionne la forme juridique SCI ?